5 sites – 0 fautes en français

On trouve tout (et n’importe quoi !) sur Internet… A condition de savoir où chercher. Dénicher des synonymes, la bonne orthographe, la conjugaison correcte, l’expression exacte… Mes cinq bonnes adresses web gratuites pour écrire sans fautes :

– Le dictionnaire des synonymes du Crisco : Pour chaque mot, le dico fournit une longue liste de synonymes, antonymes (sens contraire) et définition (via un lien sur le site du CNTRL). Attention, certains synonymes ne le sont que partiellement (vedette = star et bateau), et d’autres relèvent du langage familier (écrivain = rédacteur et pisse-copie).

– Le conjugueur de Bescherelle donne la conjugaison d’un verbe français à toutes les personnes et tous les temps (simples et composés), voix active et passive incluses. En cas d’erreur dans l’orthographe du verbe recherché, il propose des mots proches.

– La grammaire ? Chez Synapse. Accord des adjectifs, quand utiliser le subjonctif, reconnaître les compléments d’objet direct et indirect… Présentation bien pensée et explications simples pour trouver facilement l’information. Même avis pour le manuel de typographie (ponctuation, abréviations, sigles…) de Synapse.

– 1500 expressions françaises sont décortiquées chez Expressio.fr : sens de l’expression (actuel et ancien), origine, équivalents dans d’autres langues… et surtout sa bonne écriture. Un site déjà ancien mais très complet et plein d’humour pour ne plus écrire « Fier comme un bar-tabac » (merci Coluche !).

– L’Académie Française : LA référence en langue française. Moins un outil pratique qu’une malle aux trésors pour curieux et amoureux du français, le site propose des explications très simples sur plusieurs questions de langue. Vous pouvez également poser vos questions sur un point précis de français.

Et le dictionnaires en ligne ? Une sélection de sites web pratiques dans l’article 5 dicos de français en ligne.

Pourquoi ces sites ?
Parce qu’ils sont sûrs : comme journaliste, j’ai très vite compris les limites des correcteurs automatiques et des « conseils » des forums/blogs/sites. Sur un article comme avoir tord ou tort, qu’est-ce qui vous prouve que, justement, je n’ai pas tort ?
D’où une sélection de sites web dotés de bonnes références : le Bescherelle est le livre de conjugaison « officiel » des écoliers français ; l’Académie française est l’institution qui élabore le dictionnaire ; le Crisco est lié au Centre national de ressources textuelles et linguistiques (CNRTL), créé par le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), etc.
Publicités

Des livres jeunesse à 0,80 € avec « Lire c’est partir »

L’association « Lire c’est partir » poursuit un joli rêve : l’accès à la lecture pour tous. Pour que ce rêve se concrétise, elle édite des livres jeunesse (album souples, livres de poche et CD audio) pour 80 centimes d’euro : des contes de Perrault, du Kipling, du Jardin, le Roman de Renart, le Paradis des Chats de Zola, Mimi Cracra…

Les 80 centimes couvrent les frais d’impression, les droits d’auteur et autres charges… Et c’est tout : pas de bénéfices pour l’association.

Où les trouver ? Lire c’est partir propose des ventes itinérantes, des achats via des dépôts (option réservée aux enseignants) ainsi que des commandes depuis leur site (pour un minimum de 10 livres/cd audio).

Vous pouvez commander, seul ou à plusieurs, ou tout simplement en parler dans votre école : les enseignants sont souvent à la recherche de livres à faire découvrir à leurs élèves, sans grever le budget de l’école, du prof ou de la famille.

Toutes les infos ici : Lire c’est partir

Les majuscules

Il existe beaucoup de site traitant de l’emploi des majuscules. Il y a beaucoup à dire ! Je vais donc aller à l’essentiel et me concentrer sur les fautes les plus fréquentes, vous laissant libre d’un apprendre plus sur le site de l’Académie française, celui de l’INSEE, ici ou encore .

Quand mettre des majuscules ? Les noms propres, les débuts de phrase : oui. Le maire, le président, l’hôtel de ville, le conseil général, le ministre et consorts : non. Quel que soit la solennité du lieu, de la fonction ou du titre, honorifique ou non : pas de majuscule. Seuls titres avec majuscules : les titres d’œuvres*.

Une majuscule peut même modifier le sens du mot, comme église et état. L’église est le bâtiment, l’Eglise la communauté de croyants ; l’Etat correspond au gouvernement, l’état désigne la condition, le statut.

Les noms de lieu et d’habitants prennent une majuscule, pas les adjectifs ni le nom de la langue : les Belges parlent français en France, et boivent du vin français et de la bière belge en Suisse.

Et les institutions ? Celles qui sont uniques prennent une majuscule : l’Académie française, le Congrès, la Cour des comptes… Pas le conseil municipal, les compagnies de théâtre, ni .

Et les noms de lieu ? Ils prennent une majuscule : place de l’Armistice, place de l’Hôtel-de-Ville, rue de la Mairie. Idem pour le mot saint, qui prend une majuscule s’il désigne une rue, une ville, le nom d’un bâtiment comme une église.

Conséquence pour les courriers ? Vous pouvez flatter votre interlocuteur en écrivant Monsieur le Directeur des Ressources Humaines. C’est ce qu’on appelle la majuscule de déférence, celle qu’on retrouve notamment dans les formules de politesse des courriers.

maj

*Le premier mot d’un titre d’œuvre prend une majuscule, excepté si c’est un article défini (le, la, les) et que le titre ne débute pas une phrase : Les Mains sales de Sartre / Sartre a écrit les Mains sales. Le nom et l’adjectif qui précède prennent une majuscule : Roald Dahl a écrit le Bon Gros Géant. Ou Le Bon Gros Géant. En bref. Car ça peut s’avérer un chouïa plus compliqué. Voir l’enquête linguistique du Druide dédiée au sujet.

 

La faute de ou la faute à ?

gavrochebrion

Victor Hugo faisait chanter à Gavroche : « Je suis tombé par terre C’est la faute à Voltaire, Le nez dans le ruisseau C’est la faute à Rousseau ». On dit « la faute à » alors ? Parce que Victor Hugo quand même, si lui n’est pas une référence en langue française !

Victor Hugo oui, Gavroche non. La tournure « la faute à » est populaire : si elle passe à l’oral, il faut lui préférer « la faute de » à l’écrit.

En cherchant la réponse à la question La faute de ou la faute à, j’ai trouvé une autre question : c’est ta faute ou c’est de ta faute ? Autant y répondre ici et maintenant : les deux sont acceptées. La tournure avec préposition (c’est de ta faute) relève cependant plus de la langue courante. Et attention aux répétitions : préférez « C’est la faute de Marc » à « C’est de la faute de Marc »

Bonus : sans faute ou sans fautes ? « Sans faute » au sens de « à coup sûr » et « sans fautes » pour « sans erreurs ».

Nombres : en chiffres ou en lettres ?

Les nombres peuvent s’écrire en chiffres (48) ou en lettres (quarante-huit). Comment savoir ? C’est assez simple. En fait non, mais je vais essayer de vous simplifier tout ça pour vous donner une réponse pour les cas les plus courants.

Pour débuter, l’erreur la plus commune : l’âge s’écrit en chiffres (il a 10 ans), la durée en lettres (il s’est passé dix ans).

Les nombres qui s’écrivent en chiffres :

  • L’âge
  • Les sommes d’argent
  • Un numéro (de chambre, de téléphone, de page, d’article…)
  • Une date, une heure
  • Une mesure (poids, taille…)
  • Un pourcentage
  • Un nombre avec des décimales (3,14 ou 6,98)
  • Dans les textes scientifiques

Quand l’information importante dans le texte concerne des nombres, il est plus pertinent d’écrire en chiffres, ce qui rend l’information plus lisible. Exemples (issus du site de l’OMS) :

Grâce à une initiative commune de l’OMS et de l’UNICEF, il existe aujourd’hui plus de 20 000 établissements amis des bébés dans 152 pays.

Au niveau mondial, moins de 40% des nourrissons de moins de 6 mois sont allaités exclusivement au sein.

Les adultes âgés de 18 à 64 ans doivent pratiquer au moins 150 minutes (2h30) d’exercice physique d’intensité modérée par semaine

 Les nombres qui s’écrivent en lettres :

  • les nombres ronds (vingt, trente, six cents, mille…),
  • les périodes historiques (les Trente Glorieuses, la Guerre de Cent ans, les années soixante-dix…),
  • les nombres en début de phrase (Trente-trois personnes étaient au rendez-vous / Ils étaient 33 au rendez-vous),
  • et ceux en dessous de 20 : un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze, treize, quatorze, quinze, seize, dix-sept, dix-huit, dix-neuf, vingt.

Pour les nombres à plusieurs zéros, on écrit en lettres la partie million/milliard : 1 million, 2 milliards.

Pour en savoir plus : Règles des nombres en chiffres et en lettres